Pierre Ménès : “Katoto et Geyoro n’en pensent pas moins”.