A. Henry: “Je voyais des filles pleurer dans leur chambre”